: Autre forme de défiscalisation

Plusieurs types de défiscalisation existent en France depuis une vingtaine d’années. Le fonds d’investissement de proximité dit FIP fait partie de ces moyens qui permettent de défiscaliser une partie des revenus annuels. Lisez ce qu’il faut savoir de ce système dans les lignes qui suivent.

Qu’est-ce que le FIP ?

Les fonds d’investissement de proximité sont des fonds dédiés aux investissements et dont les 70 % doivent être investis dans les PME qui sont situées dans une zone géographique constituée de 4 régions limitrophes. Les PME en question doivent détenir le statut de PME européenne, doivent employer moins de 250 personnes, réaliser un chiffre d’affaires inférieur à 50 M€ et être soumises à l’impôt sur les sociétés.

La fiscalité pour les FIP

Celui qui investit dans un FIP peut bénéficier d’une réduction sur son impôt sur le revenu qui équivaut à 18% du montant de son investissement. En revanche, des plafonds ont été instaurés afin que cette réduction ne soit pas excessive: elle ne doit pas dépasser les 2160 € pour un célibataire et 4320 € pour un couple. La date de la souscription n’influence pas le montant de la défiscalisation. Pour bénéficier de la réduction d’impôt pour l’année en cours, l’investisseur doit valider sa souscription avant le 31 décembre. Il faudra ensuite adhérer au FIP pendant 5 années pour maintenir la réduction d’impôt, sauf si le souscripteur décède, qu’il devient invalide au 2eme et troisième degré ou qu’il perde son emploi et s’il arrivait les mêmes choses à son conjoint. Il est important de préciser que comme le FIP est un placement en actions, les risques de perte du capital investi ne sont pas inexistants. Les PME sont plus susceptibles d’entrer en faillite que les grandes entreprises.

La loi TEPA et les FIP

À part cette réduction de l’impôt sur le revenu, la loi TEPA prévoit aussi un autre avantage fiscal pour les personnes assujetties à l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et qui souscrivent des FIP. Le montant de la réduction est dans ce cas de 50 % du montant investi. Il a récemment été revu, mais auparavant, la réduction équivalait à 75 % du montant investi. Ce qui représente une belle opportunité pour ceux qui doivent payer l’ISF. Pour rappel, les personnes assujetties à l’ISF sont celles dont le patrimoine imposable atteint plus de 1 300 00 € au 1er janvier 2012.